Imprimer cette page

Conclusion de la Conférence sur les négociations avec le gouvernement fédéral

08-04-2014

Vingt-cinq membres de la section locale travaillant pour le gouvernement fédéral, représentants et dirigeants se sont rencontrés pour une conférence de deux jours sur les négociations. La conférence comportait des présentations sur le projet de loi C‑4, les régimes d’invalidité de courte durée et les options au modèle actuel de congés de maladie.

M. Jim Shields, avocat de la section locale 2228, a surligné les changements apportés à la LRTFP modifiée par le projet de loi C-4. Ce projet de loi a changé complètement le cours des choses entourant les négociations pour nos membres. Les syndicats de la fonction publique fédérale ne pourront plus choisir la méthode de règlement de différends qu’ils préfèrent (grève ou arbitrage). En effet, il est très probable que les membres de la section locale 2228 seront forcés d’accepter la méthode conciliation-grève, étant donné que le seuil pour accéder l’arbitrage exécutoire soit que 80 % des membres soient désignés.

M. Joe Zadzora, consultant pour Coughlin and Associates, a présenté le fonctionnement des régimes d’invalidité de courte durée. Tout le monde sait que le Conseil du Trésor fera tout ce qu’il pourra, pendant la prochaine ronde de négociations, pour remplacer le système de congés de maladie à crédits actuel par un mélange de congés de maladie et d’invalidité de courte durée. Évidemment, nous n’avons reçu aucun détail et il faudra attendre jusqu’au début des négociations avant de voir les détails que propose l’employeur.

Dans le même ordre d’idées, le groupe a examiné le programme de congés de maladie actuellement en place à NAV CANADA. La FIOE et NAV CANADA ont éliminé le système à crédits dans la première ronde de négociations avec la compagnie. Bien que les employés travaillant déjà pour la compagnie conservent leurs crédits de congés de maladie, les nouveaux employés n’en ont pas. Dorénavant, tous les employés ont plutôt accès à 65 jours de congés de maladie à 100 % de leur salaire au cours d’une période de 12 mois, peu importe leurs années de service.

Enfin, le groupe a suggéré, entre autres, les prochaines étapes suivantes, dans le cadre d’un plan de communication et d’action :

  • organiser des rencontres aux principaux centres de travail pour discuter des enjeux soulevés à la conférence (y compris le projet de loi C-4) et des négociations collectives en général;
  • effectuer un sondage informel auprès des membres afin de recueillir leurs commentaires et d’augmenter les informations reçues par le logiciel de gestion des propositions;
  • commencer à développer un plan de grève. Si cette méthode de règlement de différend est imposée aux membres, il deviendra alors essentiel de planifier notre stratégie correctement.

 

Il s’agit donc de la première étape seulement du développement de notre solidarité; attendez-vous à d’autres nouvelles dans les semaines et les mois à venir, alors que vos confrères et consœurs se mobilisent pour protéger vos droits.

En toute solidarité,

Le gérant d’affaires et secrétaire financier,

Daniel J. Boulet