Imprimer cette page

La FIOE répond aux demandes du Conseil du Trésor

26-09-2014

Les équipes de négociation de la FIOE et du Conseil du Trésor se sont rencontrées les 23, 24 et 25 septembre. C’était la première fois que nous avions la chance de nous pencher sur la proposition du Conseil du Trésor sur les congés de maladie. Nous ne voulions donc pas laisser passer cette occasion de lui transmettre un message clair, ce que nous avons fait en deux temps. D’abord, contrairement à la proposition du Conseil du Trésor de réviser à la baisse les reports de congés annuels et de les faire passer de 35 jours à 25 jours, nous avons proposé d’éliminer le plafond et de permettre des reports illimités de congés annuels. Si l’employeur s’attend à ce que vous écouliez vos congés annuels pour complémenter vos congés de maladie, il faudrait alors que l’on vous permette de reporter autant de congés que possible d’une année à l’autre. L’employeur ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

De façon plus importante encore, l’employeur a déposé son libellé tant attendu sur les congés de maladie et le régime d'assurance-invalidité de courte durée . En bref, votre employeur vise à éliminer vos crédits de congés de maladie actuels et à limiter vos congés de maladie à cinq (5) jours par année. Et comme si cela ne suffisait pas, il veut mettre en œuvre le régime d’assurance-invalidité de courte durée sans même vous consulter, ni maintenant ni jamais. C’est là la conséquence d’un régime d’assurance-invalidité de courte durée à l’extérieur de la convention collective.

Heureusement, les congés de maladie et l’assurance-invalidité de courte durée se prêtent très bien aux négociations. Donc nous avons déposé nos propres propositions sur les congés de maladie et l’assurance-invalidité de courte durée qui sont beaucoup plus généreuses que vos avantages sociaux courants. Nos propositions comportent les éléments clés suivants :

  • 65 jours ouvrables de congé de maladie à 100 % du salaire dans une période de 12 mois;
  • protection d’assurance-invalidité de courte durée pour 65 jours de plus à 70 % du salaire dans une période de 12 mois;
  • la possibilité d’utiliser vos crédits de congés de maladie accumulés à titre de complément salarial lors de la période à 70 %;
  • la possibilité pour les employés de partager leurs congés de maladie les uns avec les autres;
  • le libellé de la convention collective protégerait les employés des demandes déraisonnables et inutiles d’obtention de « certificats de maladie »;
  • un processus d’appel conjoint pour gérer les refus de demandes d’assurance-invalidité de courte durée.

À notre avis, tous ces éléments (et plus encore) devraient faire partie de l’article 19 de votre convention collective. Cela vous garantit votre droit de déposer un grief et de faire entendre votre cause devant la Commission des relations de travail dans la fonction publique.

Votre équipe comprend très bien que tout changement apporté à la convention collective (en particulier en ce qui a trait aux congés de maladie) peut être une grande source d’anxiété. Pourtant, des conditions semblables existent dans notre convention collective avec NAV CANADA depuis 1998. Elles ont très bien servi les membres.

Nous savons aussi que certains membres préféreraient que les choses demeurent telles quelles. Malheureusement, le fait d’ignorer les demandes du Conseil du Trésor ne les fera pas disparaître. Nous avons donc décidé d’être proactifs et de nous attaquer au problème de front. Il vaut la peine de souligner que notre proposition aidera les 51 % des membres qui, à l’heure actuelle, comptent moins de 13 semaines de crédits de congés de maladie. Le système actuel, bien qu’il soit bien connu, est loin d’être parfait. Puis, en vertu de notre proposition, les membres qui comptent plus de 13 semaines de congés de maladie seraient tout de même en mesure d’y accéder.

D’autres rencontres entre la FIOE et le SCT ne sont pas à l’horaire, mais nous considérons certaines dates en décembre et en janvier. De plus amples renseignements suivront dès qu’ils seront disponibles.

J’encourage tous les membres qui ont des questions à communiquer avec moi directement.

En toute solidarité,

Le gérant d’affaires et secrétaire financier,

Daniel J. Boulet