Imprimer cette page

L’équipe de négociation se prépare pour une dernière rencontre (correction)

04-10-2016

La dernière mise à jour remonte à plusieurs semaines déjà et j’aimerais en profiter pour faire le point et déterminer les étapes à venir afin de parvenir à une convention collective.

Vers la fin août, les membres ont voté en faveur de la « conciliation exécutoire » en tant que méthode de règlement des différends en vertu de l’art. 182 de la LRTFP. Il n’y a pas de précédent pour cette situation, mais elle offre des avantages comparativement aux autres méthodes précisées dans la Loi. Toutefois, avant d’aller plus loin, il nous faut préciser les stipulations qui définiront la conciliation exécutoire. Nous avons d’abord demandé conseil à l’avocat de la section locale, puis nous avons présenté une proposition au Conseil du Trésor afin que ce dernier puisse l’examiner. (Il nous est impossible de passer aux actes sans l’accord du SCT.)

Notre proposition, remise au Conseil du Trésor à la fin septembre, reprend de très près les deux méthodes de conciliation qui sont normalement disponibles en vertu de la Loi. Elle définit également un cadre pour l’arbitrage exécutoire et final des questions en suspens à la suite de la phase de conciliation.

Tout en attendant la réponse du Conseil du Trésor, votre équipe de négociation se prépare pour rencontrer le SCT une dernière fois du 29 au 1 decembre. Cette rencontre comportera deux volets, soit de faire avancer du mieux que nous le pouvons les enjeux qui sont critiques aux yeux de la section locale, puis de restreindre la quantité de différends. Il s’agit là d’une étape essentielle avant de parvenir à un processus final et exécutoire. C’est toujours mieux de parvenir à une entente volontairement, plutôt que de se la faire imposer.

Les membres qui travaillent au gouvernement ont le droit d’être frustrés et vexés par leur employeur ainsi que le processus de négociation collective. La prise de décisions au SCT est hautement centralisée; en outre, le mandat irréaliste de l’employeur (aucune augmentation salariale importante et élimination des congés de maladie) a créé un milieu où il était impossible de parvenir à une entente. Cette ronde de négociations était vouée à l’échec.

Malgré ce qui précède, votre équipe de négociation s’engage à obtenir la meilleure entente possible vu l’état des choses. Mais nous ne pouvons pas y parvenir sans vous. Votre soutien est crucial en ce début de phase finale.

En toute solidarité,

Le gérant d’affaires et secrétaire financier,

Daniel J. Boulet